Quel est le rôle d’un cabinet d’expertise environnementale ?

expertise environnementale

Publié le : 07 décembre 20226 mins de lecture

Si vous travaillez sur ordinateur, vous passez le plus clair de votre temps enfermé entre quatre murs. Quand vous ne travaillez pas depuis la maison, vous quittez cette dernière pour exercer votre métier dans les locaux de votre entreprise. La question de la qualité de l’air intérieur est donc primordiale. Il est important d’en avoir conscience et de veiller à maintenir un indice de qualité de l’air correct. Que ce soit avant d’acheter un bien ou après des travaux, vous pouvez avoir besoin de mesurer la qualité de l’air. Découvrez comment la mesurer chez vous !

La mesure de la qualité de l’air faite par un professionnel

Faire appel à un professionnel pour mesurer la qualité de l’air de son logement permet d’obtenir un compte-rendu complet. Vous avez remarqué que vous souffrez d’allergies depuis que vous êtes dans ce nouvel appartement ? Il se peut que l’air intérieur ne soit pas très sain. Dans ce cas, vous pouvez contacter un cabinet d’expertises environnementales afin de demander une analyse globale. Ce cabinet mesurera alors la qualité de l’air intérieur (QAI). Il peut être amené également à effectuer un test d’infiltrométrie si vous avez détecté des fuites d’air dans votre habitation. Ce test est notamment recommandé si vous habitez au cœur d’une ville assez polluée. Une fois sur place, l’expert détermine les éventuelles sources de pollution de votre logement. Vous recevez ensuite le diagnostic, mais également un plan d’action. Grâce à cette intervention, les sources polluantes sont identifiées et vous savez comment agir concrètement. Les cabinets d’expertises ne font pas que des audits ou des contrôles, ils sont là pour accompagner les particuliers dans leur quête d’un air intérieur de meilleure qualité.

L’achat d’un appareil de mesure de qualité de l’air pour faire les analyses soi-même

Sachez qu’il est également possible d’effectuer ses propres relevés. Pour ce faire, vous trouverez en vente libre différents supports pour détecter une éventuelle pollution intérieure. Ils peuvent être utiles après une rénovation, après que vous ayez repeint votre chambre par exemple. Vous savez alors s’il est recommandé de dormir dans cette pièce ou s’il vaut mieux attendre un peu. Certains kits d’analyse se présentent sous la forme d’une bandelette qui se colore différemment en fonction du résultat, tandis que d’autres requièrent l’envoi de l’échantillon au laboratoire. Il existe aussi des appareils, équipés de capteurs, chargés de détecter de la moisissure, des polluants chimiques… Cependant, ces alternatives n’offrent pas une fiabilité irréprochable contrairement aux résultats fournis par une entreprise comme re-2020.tech. Un kit d’analyse ou un appareil de mesure servira davantage à se faire une idée quant à la qualité de l’air. Si vous recherchez l’origine d’un désagrément précis et que vous souhaitez agir en conséquence, ces aides ne seront pas suffisantes.

Ce que l’on a à y gagner à mesurer la qualité de l’air

La qualité de l’air de votre logement se mesure donc de différentes manières. Elles n’ont pas toute la même portée, mais gardez une chose en tête : votre santé est précieuse. Ne la négligez donc pas, puisque l’inhalation répétée d’un polluant crée bien souvent des problèmes de santé (bénins à mortels). Des maladies chroniques qui touchent les voies respiratoires comme l’asthme, ou la peau, comme la dermatite se développent parfois suite à l’exposition anormale à un agent irritant. Or, dans notre quotidien, les sources de polluants sont multiples : produits ménagers, produits cosmétiques, revêtement de sols, meubles… Sans compter l’intervention de la poussière et des acariens, qui forment un cocktail explosif. Dès lors, ces composés organiques volatiles (COV), restent en suspension dans l’air et sont inhalés en trop grande quantité. Avoir conscience de la qualité de l’air intérieur permet de l’assainir et d’éviter des problèmes de santé plus ou moins graves.

Un diagnostic qui ne fait pas partie des diagnostics immobiliers obligatoires

Vous êtes propriétaire et vous désirez vendre votre logement ? Si le domaine de l’immobilier ne vous est pas inconnu, vous savez peut-être que la loi oblige chaque propriétaire à fournir des diagnostics immobiliers. Ceux-ci attestent de l’état actuel du bien. Ainsi, les futurs acquéreurs ne peuvent se plaindre de vices cachés et attaquer le propriétaire en cas de déconvenue. Ces diagnostics concernent par exemple le risque d’exposition au plomb, la performance énergétique, l’installation de l’électricité ou de gaz… Toutefois, le diagnostic de la qualité de l’air ne figure pas dans la liste officiellement établie. Pour le moment, il est obligatoire pour les Établissements Recevant du Public (ERP) mais il reste facultatif pour les logements. Vous n’avez donc pas besoin de fournir un diagnostic de la qualité de l’air pour votre dossier. Les mesures effectuées vous servent uniquement à titre personnel.


Plan du site